Magazine La fin du tourisme avec les éléphants en Asie ?

20/03/2019

Pour de nombreux voyageurs effectuant un séjour dans les pays d’Asie du Sud-Est ou du sous-continent indien, un ‘’safari’’ à dos d’éléphant doit presque obligatoirement figurer au programme. Cette activité s’est imposée comme un ‘must’ plus ou moins incontournable au cours des dernières dizaines d’années, et a été à l’origine de la création de ‘’camps’’ d’éléphants offrant ce genre de prestations aux touristes.

 

Depuis quelques années cependant, les dessous du tourisme impliquant des éléphants apparaissent de plus en plus au grand jour : des dessous très peu reluisants ! Il se confirme de plus en plus clairement que les activités touristiques dans lesquelles sont entraînés – bien malgré eux – des éléphants sont synonymes de souffrances pour les animaux, reposent sur une relation de domination et d’intimidation permanentes, et nécessitent des traitements d’une cruauté parfois inimaginable envers ces animaux qui comptent pourtant parmi les plus intelligents, mais aussi parmi les plus sensibles, de toute la Création ! En outre, l’impact du tourisme sur les populations sauvages de l’espèce n’est pas négligeable : chaque année, plusieurs dizaines d’éléphanteaux sont arrachés à la forêt pour approvisionner les camps touristiques !

 

Chez Continents Insolites, nous attachons beaucoup d’importance à une éthique du voyage : nous nous efforçons de faire en sorte que nos voyages n’aient pas d’impacts négatifs envers les populations, mais également envers l’environnement, la faune et la flore des régions vers lesquelles nous envoyons nos voyageurs.

 

C’est pourquoi nous avons décidé de supprimer totalement de notre offre toute activité entraînant des souffrances pour les éléphants et des mauvais traitements envers ces animaux… ainsi qu’envers les ‘’mahouts’’ (ou cornacs) en charge de ceux-ci. Cela concerne, principalement, les ‘’safaris’’ à dos d’éléphants, les ‘’shows’’ d’éléphants et autres activités similaires. Nous nous joignons ainsi à un mouvement de plus en plus vaste visant à assurer aux éléphants captifs d’Asie l’existence digne que ceux-ci méritent.

 

Cette décision signifie-t-elle que nos voyageurs devront désormais renoncer à toute activité avec les éléphants ?

 

Bien au contraire : depuis un certain nombre d’années, on a vu se multiplier dans les pays d’Asie du Sud-Est (principalement en Thaïlande) et – dans une moindre mesure – dans les pays du sous-continent indien, des ‘’sanctuaires’’ pour les éléphants.

 

Dans ce genre de structures, c’est le bien-être des éléphants – et des mahouts – qui est prépondérant. Les voyageurs peuvent y vivre un nouveau type de rencontre enrichissante avec ces animaux fascinants, les accompagner durant leurs balades dans la forêt, les observer goûter au plaisir du bain quotidien, les choyer aussi… Ils y rencontrent des mahouts gagnant honnêtement leur vie et valorisés dans leur profession.

 

Plutôt que contribuer à l’exploitation abusive d’éléphants esclaves du tourisme de masse, nous vous invitons désormais à vous joindre au bien-être d’éléphants heureux, dans un contexte de tourisme respectueux !

 

Nos travel designers se feront un plaisir de fournir toutes les explications nécessaires à ce sujet à nos voyageurs en partance vers les régions concernées.

 

 

Pour en savoir plus :

Un de nos collaborateurs, Bernard De WETTER, a passé plusieurs mois en Asie du Sud-Est pour mener une enquête approfondie sur des dessous du tourisme centré sur les éléphants. Son livre ‘’Les dieux humiliés’’, destiné à susciter une prise de conscience des voyageurs, est une mine inédite d’informations sur la situation et la problématique des éléphants du tourisme en Asie.

Pour se le procurer : www.108empreintes.org 

 
Retour